clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Wilmer Cabrera: Passage obligé ou début d'une ère nouvelle?

Prolonger l'expérience ou changer de direction?

MLS: D.C. United at Montreal Impact
L'avenir de l'entraîneur-chef de l'Impact peut difficilement être plus nébuleux.
Eric Bolte-USA TODAY Sports

En conférence de presse le 22 août 2019, Wilmer Cabrera, qui était présenté pour la première fois aux médias Montréalais, fit la promesse d'ajuster le conservatisme offensif de l'Impact ainsi que la prise de risques du Bleu Blanc Noir. L'entraîneur Colombien justifiait notamment son goût du risque en se donnant en exemple, lui qui a renoncé à la compensation financière du Dynamo de Houston jusqu'en 2020, pour se joindre à l'Impact. Parachuté à la barre de l'équipe dans un geste rapide de Kevin Gilmore, Cabrera s'est fait assigner les mêmes objectifs sportifs que Rémi Garde: accéder aux séries éliminatoires et remporter le championnat Canadien. Maintenant que 50% des objectifs ont été atteints, une décision sur l'avenir de l'entraineur-chef devra être prise par Olivier Renard, nouveau directeur sportif de l'Impact. Mais sur quels points devra-t-il se baser pour prendre sa décision?

L'expérience présente

Le président de l'Impact, Kevin Gilmore, a affirmé suivant la victoire en championnat Canadien, que la fin de saison sous la gouverne de Wilmer Cabrera servirait d'évaluation pour le Colombien. À ce jour, Wilmer Cabrera, en incluant les parties de championnat Canadien, présente une fiche de 2 victoires, 5 défaites et 1 match nul, son club ayant marqué 6 buts et concédé 11.

Bien que ces statistiques soient peu reluisantes, on peut relever que l'Impact a seulement concédé 1 but directement lié à une séquence de jeu arrêté, une tête de Ola Kamara sur coup de pied de coin dans la défaite face au D.C. United. Une des priorités du nouvel entraîneur semblait être d'améliorer la défensive sur les séquences arrêtées. En ce sens, la défensive homme à homme de Rémi Garde a été remplacée par une défensive de zone. Cet ajustement permet d'éviter les duels physiques à un contre un et force les opposants à briser leurs courses pour ne pas être obstrués par les joueurs statiques qui défendent leur zone. Cette stratégie rend moins vulnérables les joueurs de l'Impact, souvent plus petits, à la physicalité de certains adversaires.

C'est dans ce même élan de changements qu'on a aussi vu certaines nouveautés au niveau du personnel. L'expérience de Clément Diop, bien qu'elle n'ait durée que trois parties, a été, jusqu'à présent, une réussite. De plus, pour la première fois depuis son arrivée à Montréal, Maxi Urruti a perdu du temps de jeu qui lui semblait acquis par le passé. La même méthode a été appliquée à Daniel Lovitz, qui a cédé sa place à quelques reprises à Jukka Raitala. Le mérite semble être appliqué de manière plus constante sous la nouvelle gouverne. La seule exception à cette règle semble être Saphir Taïder qui a conservé son temps de jeu et ses responsabilités sur le terrain malgré des performances en dents de scie.

MLS: Atlanta United FC at Montreal Impact
Clément Diop, qui a réellement saisi sa chance, réalise un autre arrêt spectaculaire, cette fois face à Atlanta Utd au Stade Saputo.
Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

La gestion du vestiaire

Dans les semaines précédant le congédiement de Rémi Garde, les évidences d'une discorde au sein du groupe étaient de plus de plus visibles. Le 6 juillet, à la 57e minute de la défaite face à Minnesota United, Zakaria Diallo se dirigea directement au vestiaire, sans même regarder son entraîneur, suivant sa substitution. Le grand défenseur Français ne retrouva jamais son niveau de jeu du début de saison et fut éventuellement vendu en Ligue 2 Française. Ironiquement, c'est Omar Browne qui avait été le substitut de Diallo face à Minnesota. Le panaméen quitta lui aussi quelques semaines plus tard dans des circonstances nébuleuses suite à une contre-performance à Columbus. Dans le cas de Browne, un jeune joueur énigmatique avec un potentiel intéressant, il retourna à son club d'origine lorsque l'Impact annula son prêt. L'ambiance semblait loin d'être bonne à ce moment pour le onze montréalais alors que les défaites d'empilaient.

Sachant cela, Wilmer Cabrera se devait de créer rapidement un lien de confiance avec ses joueurs au moment de son embauche. Une des stratégies fut d'employer un ton rassembleur et positif en plus de prendre la défense de ses hommes face aux médias. Après les défaites en MLS aux mains de D.C. United et de Cincinnati, l'entraîneur Colombien a refusé de blâmer ses joueurs et a surtout refusé de questionner leur éthique de travail. Difficile de dire s'il était réellement satisfait ou s'il s'agissait d'un exercice de relations publique, mais ses joueurs lui ont rendu la pareille avec deux performances inspirées face au Toronto F.C. en finale du championnat Canadien. Son patron, Kevin Gilmore, en entrevue à la radio cette semaine, a affirmé qu'il était très apprécié de ses joueurs et l'a qualifié de "players-coach". Dans l'environnement d'un club sportif professionnel où les joueurs voient plus souvent leur entraîneur que leur famille durant la saison, un environnement sain est évidemment très important, bien qu'il ne fait pas foi de tout.

MLS: Canadian Championship-Montreal Impact at Toronto FC
Les Montréalais semblaient soudés et prêts à souffrir pendant les 180 minutes de la finale du championnat Canadien.
Kevin Sousa-USA TODAY Sports

Les tactiques et leur application

Dans une MLS qui ne cesse de s'améliorer, la qualité tactique de l'entraîneur sera de plus en plus importante, surtout dans le contexte d'une équipe qui n'aligne pas trois joueurs désignés. Il est donc important plus que jamais d'être capable de gagner par le collectif, sans avoir à prier pour un coup de génie individuel. Durant les premières parties de l'ère Cabrera, on a vu un Impact surclassé au niveau tactique en plus de voir beaucoup d'improvisation sur le terrain. La majorité des jeux semblaient provenir d'initiatives individuelles et non d'un collectif ayant des principes déjà établis.

C'est lors du match aller de la finale du championnat Canadien face au TFC qu'on a pu observer la touche de Wilmer Cabrera. En effet, on a vu Ignacio Piatti et Lassi Lappalainen interchanger d'ailes alors que Bojan jouait en électron libre. La folie dans le jeu des trois joueurs semblait finalement exploitée dans un système axé sur le mouvement sans le ballon. La blessure de Bojan vint cependant casser l'élan offensif de l'IMFC à la 45e minute. Trois jours plus tard, à Los Angeles, l'Impact a assez bien paru face au Galaxy en multipliant les attaques. Le 4-4-2 en diamant fut bien dessiné par Cabrera sur le volet offensif bien que la décision de jouer une ligne défensive très haute a coûté au moins un point aux Montréalais.

Le match retour du championnat Canadien, qui pourrait être le point clé de la décision sur l'avenir de Cabrera, fut également intéressant au niveau tactique. En effet, le 4-3-3 large aligné par l'Impact obligea les joueurs latéraux de Toronto à faire face à trois rideaux défensifs au niveau des ailes de Montréal. Le TFC, qui cherchait constamment à alimenter Jozy Altidore par des centres, s'est bûté plus souvent qu'autrement à une couverture étroite. Toronto semblait moins enclin à utiliser le centre du terrain et s'est exposé à plusieurs reprises à des contres-attaques rapides. Au terme des 90 minutes le tableau affichait une défaite de 1-0, mais malgré tout, les tactiques étaient apropriées. La versatilité tactique de Cabrera a été démontrée lors de ces parties, bien que l'exécution a fait défaut par moments.

SOCCER: AUG 28 MLS - Vancouver Whitecaps FC at Montreal Impact
Bojan Krkic, ancien joueur de Barcelone, donne une plus grande latitude tactique à un entraîneur, notamment grâce à sa capacité de jouer entre les lignes.
Photo by David Kirouac/Icon Sportswire via Getty Images

C'est donc dire qu'Olivier Renard aura une décision difficile à prendre. Certes Wilmer Cabrera est loin d'avoir l'étoffe d'un entraîneur de niveau mondial, il est même loin d'être dans l'élite de sa propre ligue. Toutefois, sa relation avec ses joueurs, son trophée Canadien ainsi que sa flexibilité tactique pourrait jouer en sa faveur. On saura dans les prochaines semaines si l'entraîneur Colombien s'installera dans la métropole pour les années à venir et donnera ses conférences de presse en français comme promis. Dans le cas contraire, il aura la fierté d'avoir participé à un moment marquant de l'histoire du club, un certain mercredi soir au BMO Field. Ça, et d'avoir donné une conférence de presse trempé de champagne le même soir...