clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Impact de Montréal, 109% : Réactions en chaine

2 sujets cette semaine, l’un joyeux, démontrant une belle progression, l’autre, anéantissant toute forme d’espoir dans le coeur du supporteur. Je parle bien sûr du 109% soccer sur les ondes du Radio 9, et du « no show » de notre équipe à Chicago.

Chaine de décisions

En psychologie, on recommande de toujours commencer par la mauvaise nouvelle.  Je débuterai donc par ce match apocalytpique.  Je tweetais à juste titre vers la 20’ :

Plein de choses ont été dites à chaud lors du match, et tout de suite après.  Les coupables, selon un peu tout le monde? Baky, visiblement pas à l’aise avec ses émotions de jouer "à la maison"; Donadel, pour ses errements; et Klopas pour avoir cautionné ce dernier.

Je voudrais, par ailleurs, lancer une poignée de chatoyants confettis dorés à Arcadio Marcuzzi qui, d’entrée de jeu, a posé la question qui turlupine un peu tout le monde, et qui met sérieusement la table pour les changements à venir cet été.

Mon avis personnel sur cette déroute biblique d’un club qu’on disait confiant et en forme, est qu’une blessure anodine à l’aine d’un des cadres de l’équipe a déclenché une chaine de mauvaises décisions de la part de l’entraineur montréalais.

Romero étant blessé (hâte de voir la gravité de tout cela), il fallait réassigner à l’aile gauche.  Le choix fait par Klopas fut de mettre, hors-position, Ambroise Oyongo, un gars qui vient à peine de se greffer au groupe,  et qui n’a probablement pour ainsi dire, aucun automatisme avec personne.

Ce faisant, il laissait vacant le poste d’arrière droit, déjà dépourvu.  La seule option valide, compte-tenu du choix fait précédemment, était Nigel Reo-Cocker.  Non seulement le gars joue hors-position, lui aussi, mais il avait comme mission de contenir l’explosif Accam.  I mean, Allooo!? Y a-t-il eu du scouting de fait pour analyser les forces du Fire? Bref, mauvais casting.

Reo-Cocker étant maintenant sur la ligne arrière, que reste-il dans le modèle Klopas, comme personnel pour combler le milieu devant la défense? Le toujours en progression mais souvent inconstant Mallace, et l’inadéquat Donadel, qui galère particulièrement à l’étranger.

Évidemment, ça aurait réussi, qu’on aurait crié au génie.  Mais mon opinion est plutôt que ce furent probablement, dans le contexte, les pires décisions qu’un entraineur aurait pu prendre. Devant la tournure des choses, la guigne a pris un peu tout le monde, et comme on dit, the rest is history. Dommage.

109%

Vendredi dernier, le volubile Jean-Charles Lajoie, animateur de radio sportive qui sévit sur les ondes de radio 9, mettait de l’avant une promesse faite lors de la polémique causée par cet article: tenir un débat 109% uniquement sur le soccer et l’Impact.  J’ai donc pu, humblement, m’assoir devant un micro, à la gauche de Jean-Charles, flanqué de l’omniscient Olivier Brett de la chaine RDS.

Nous avons parlé foot, alignement, transferts, candidement comme si tout allait de soi. Si j'avais été dans mon rôle usuel d'auditeur, j'aurais adoré ça.

Évidemment, votre humble serviteur n'étant pas un habitué de la scène médiatique, mes interventions n'avaient rien de la folie d'un Gabriel Grégoire, ni la profondeur d'un Olivier Brett.  Mais comme je le disais aux copains, la grande victoire de cette opération fut qu'elle aie eut lieu, et qu'il y a maintenant une volonté certaine de reproduire la chose sur une base plus régulière.

En terminant, vos commentaires sur le segment 109% (qu'on peut réécouter ici) sont toujours les bienvenus. Vous avez aussi appelé en nombre à la tribune téléphonique qui a suivi, n'hésitez surtout pas à le faire! C'est en nous manifestant et en participant que le sujet va s'imposer au fil du temps.

Bon début de semaine, et à mercredi en tribune.