clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Veni, vidi, vici

C'est la fin, Marco Di Vaio prend sa retraite dans les couleurs du Bleu-Blanc-Noir. Un peu de tristesse, mais surtout une reconnaissance immense.

Un dernier bisou avant de partir.
Un dernier bisou avant de partir.
Jim O'Connor-USA TODAY Sports

Cette fois-ci, aucune prolongation de contrat, Marco Di Vaio prît la décision de prendre sa retraite à la fin de la saison. Une saison difficile, autant pour l'italien que pour le club. Peut-être même plus pour Di Vaio, car lui ne jouera plus la saison prochaine. Il retourne donc chez lui, en Italie, rejoindre sa famille et nous laisse de beaux souvenirs qui resteront à jamais dans l'histoire du club.

Retour vers le futur

Joey Saputo nous l'avait promis, il nous l'a donné. Le 24 mai 2012, l'Impact annonce la signature du premier fameux joueur désigné de l'histoire du club, Marco Di Vaio. Les premières réactions sont plutôt mitigées, ce n'est pas un nom aussi bling-bling qu'un Thierry Henry, mais avec du recul (et des recherches sur Wikipédia), on découvre qu'il y a peu, il se battait pour le titre de capocannoniere en Série A avec un certain Zlatan Ibrahimovic. Di Vaio jouait alors à Bologne, une équipe qu'il aida à maintenir au sein de l'élite du soccer italien et non dans une équipe aussi talentueuse que l'Inter. D'ailleurs, c'était plus qu'un simple joueur, lorsqu'il quitta Bologne, c'est la ville entière qui pleura son départ.

Un soldat avec une âme

Tout au long de son idylle montréalaise, Di Vaio ne fut pas qu'un joueur important sur le terrain, son rôle en dehors fut tout aussi crucial. Toujours un des premiers à saluer les ultras, avant et après les matchs, les interviews dans un Français qui n'a cessé de s'améliorer et des moult photos et autographes avec de nombreux partisans. En plus de mener ses troupes sur le terrain, il se transforme en un ambassadeur tout aussi important en dehors du terrain. Un vrai empereur. Joey Saputo doit se dire; mission accomplie. Lorsque, en conférence de presse, MDV affirme qu'un de ses objectifs dont il est le plus fier est d'avoir procurer du bonheur aux gens, on ne peut que le croire et lui donner raison. Qu'il était beau à voir notre Marco lors de sa saison de 20 buts en MLS où il était au-dessus de tout! Mais pas que des buts, des enchainements tout aussi sublimes les uns que les autres, des contrôles, des feintes, bref, à l'image de Néron, il met le feu à la ville. Marco Di Vaio confirme qu'il lui restait non seulement des chargeurs, mais qu'il n'hésiterait pas à s'en servir. Le stade Saputo devient son nouveau jardin. La fin de la saison s'avéra médiocre même avec la saison exceptionnelle du buteur italien. C'est qu'une équipe de soccer ne peut vivre que d'une individualité, mais bien d'une collectivité qui doit sublimer celle-ci. Une vérité découverte cette saison et comme bien d'autres, elle choque.

L'imperatore

"This is the futur". C'est lors de sa conférence de presse expliquant la plus terrible décision qu'un joueur peut prendre que Marco lâche c'est mots. Marco est donc parti du Vieux-Continent pour rejoindre une nouvelle ligue qui, selon lui, représente le futur. Des arguments béton que possède la MLS qui commence à résonner en Europe. Jusqu'à la fin, MDV joue son rôle d'ambassadeur à la perfection. Marco s'en va, après une saison catastrophique pour l'équipe, mais pour lui aussi. Pas aidé par des blessures à répétitions, il ne trouve plus son rythme de croisière, bien que certains gestes nous rappellent que, oui, il est encore capable de briller, mais surtout on ressent qu'il en veut encore. Ses derniers buts nous font regretter son départ, or comment lui en vouloir? Marco est joueur à l'ancienne, un joueur de valeurs, un altruiste. Di Vaio délaisse son plus grand amour de joueur pour le plus grand amour qu'un homme peut avoir, sa famille. MDV retrouve son Italie natale avec un sentiment de réussite, car après avoir quitté une Bologne conquise, il réussit là où ces ancêtres auraient échoués, conquérir la Gaule.

Rendez-vous le 25 octobre campione, pour une dernière fois.

Marco DI Vaio