clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Trois réponses: MLS is back, premier acte.

Impact 0-1 Révolution

Montreal Impact v New England Revolution - MLS Is Back Tournament
Maxi Urruti, à l’image de l’Impact, a perdu la majorité de ses duels dans une performance insipide à Orlando.
Photo by Douglas P. DeFelice/Getty Images

La reprise anormale mais tout de même rafraichissante de la MLS s’entamait, pour l’Impact de Montréal, avec un choc face au Révolution de la Nouvelle-Angleterre. La disposition des terrains digne des doux tournois de jeunesse ainsi que l’absence de foule nous rappelait que les évènements des derniers mois étaient biens réels. Malgré tout, le soccer prenait la place centrale pour tous ceux rivés devant leurs écrans pour le début de ce tournoi. En plus du retour attendu de l’Impact, il était intéressant de voir si les décisions de Thierry Henry allaient apporter des réponses aux interrogations sur le duo Piette-Wanyama, l’utilisation de Bojan, ainsi que la nouveauté des cinq changements. Sans évidence nette, il a tout de même été possible de déceler des éléments de réponse à travers la brume d’une performance morne offerte par le onze montréalais.

Wanyama, Piette ou les deux?

Bien que les deux hommes ont été utilisés par Thierry Henry, l’affrontement face au Révolution nous a peu éclairé sur le présent questionnement. Victor Wanyama a été utilisé en tant que 6, en ayant également la responsabilité de mener le jeu à partir de très bas sur le terrain. Samuel Piette, pour sa part, a joué tantôt comme latéral droit, tantôt comme milieu central droit. Le système de jeu en première demie demandait énormément de flexibilité à l’international canadien, qui devait ajouter du nombre à la défense sans le ballon, et également s’offrir en option au milieu de terrain ou en latéral droit quand l’équipe était en possession. L’idée en soi était intéressante, étant donné que l’entraîneur montréalais avait anticipé un pressing agressif du Révolution. En février, l’Impact avait pu utiliser facilement la largeur que les cinq défenseurs alignés offraient pour sortir rapidement de sa zone défensive face à un pressing passif. Henry se doutait bien qu’il ne pourrait surprendre Bruce Arena une deuxième fois. C’est probablement pourquoi le milieu de terrain québécois a été utilisé en sentinelle, s’offrant comme porte de sortie pour casser le pressing haut et nombreux de la Nouvelle-Angleterre. En deuxième demie, lorsque Piette a été repositionné exclusivement au milieu du terrain, son rôle était similaire à celui de Saphir Taider, soit de jouer légèrement plus haut que Wanyama dans un milieu à trois. Si ce système a démontré l’étendue de l’efficacité de Wanyama, Piette a semblé à court d’idées. De plus, il semblait avoir tendance à glisser dans sa position habituelle de numéro 6, jouant trop près du Kenyan pour réellement être un option de passe intéressante. Ces constats amèneront sans doute l’entraîneur à se questionner sur la complémentarité des deux hommes, sans quoi leur partenariat pourrait se transformer en compétition pour le même poste.

Montreal Impact v New England Revolution - MLS Is Back Tournament
Victor Wanyama a été un point très positif dans une soirée assez négative pour l’Impact de Montréal.
Photo by Douglas P. DeFelice/Getty Images

Où s’insère Bojan dans le casse-tête?

Comme pour les deux joueurs cités précédemment, la partie face à la Nouvelle-Angleterre n’a donné que des débuts de réponse à cette question. Utilisé à l’aile, avec la permission de marauder une position plus centrale, Bojan a semblé très peu créatif. Le premier constat est que Thierry Henry n’a pas semblé enclin à utiliser l’Espagnol en faux 9. En donnant la chance à Bojan de prendre possession du ballon plus bas sur le terrain, l’entraîneur de l’Impact a joué sur la force principale de Bojan, celle de fixer un adversaire pour l’éliminer. Bien que l’ancien de Barcelone a fait reculer la défense à plusieurs reprises, il a manqué cruellement d’imagination et d’ambition des les derniers vingt mètres. Sa substitution hâtive en deuxième demie donne un bon indice du niveau de satisfaction du personnel technique envers sa performance. Comme pour Samuel Piette, Thierry Henry semble vouloir compter sur le joueur en question. Il a évidemment le niveau de jeu pour être un joueur d’impact en MLS, mais n’a pas semblé à son meilleur dans les schémas tactiques de son nouvel entraîneur, jusqu’à présent.

L’Impact avantagé ou lésé par les cinq changements?

Difficile à dire. Dans une performance aussi insipide, Thierry Henry a effectué plusieurs changements d’insatisfaction. À la mi-temps, il est retourné à son système plus habituel de défenseurs latéraux, en remplaçant Orji Okwonkwo par Zachary Brault-Guillard. Le Nigérian connaissait un match difficile, il s’agissait donc d’une pierre, deux coups pour Henry qui retirait un joueur peu efficace et changeait au même moment sa stratégie. Ensuite, l’entrée de Romell Quioto et de Ballou Tabla ont été positives pour le onze montréalais qui a semblé souffler un peu. Quioto a donné la chance à l’Impact de quitter sa zone par des longues balles qu’il maitrisait sous pression des défenseurs adverses. Sa réussite en protection de balle permettait ensuite à ses coéquipiers de joindre le jeu et créer un peu de possession en territoire ennemi. Ballou, pour sa part, a semblé très volontaire dans son effort et a pris la responsabilité d’aller au duel un contre un à quelques reprises. Son tir à quelques secondes de la fin a passé très près faire oublier une maigre performance de son équipe, par un moment de brio individuel. Lassi Lappalainen pour sa part, est passé à côté de ses minutes. Tout compte fait, Henry a fait de son mieux par son dynamisme au niveau de ses changements, mais dans un contexte où si peu de joueurs ont été à leur niveau habituel, il faudra une nouvelle performance avant de pouvoir juger l’impact réel des deux changements supplémentaires qu’ont en poche les entraîneurs.

MLS: New England Revolution at Montreal Impact
Thierry Henry s’est dit très déçu de la performance de ses joueurs en conférence de presse. Il est revenu à quelques reprises sur le nombre de ballons perdus inutilement par son équipe.
Peter Casey-USA TODAY Sports

Ce sont donc trois points très importants qui s’envolent pour l’Impact dans cette ronde de qualification du tournoi MLS is back. Pour espérer progresser du groupe, l’Impact aura à démontrer beaucoup de résilience et d’envie face à de bons adversaires en Toronto et Dc United. Thierry Henry aura des changements à faire, mais également un fort travail d’évaluation de son équipe. Il s’agissait réellement de la première contre-performance claire de l’ère Henry. Pour l’entraîneur français, ce moment d’adversité lui donnera la chance de connaître encore un peu mieux ses joueurs. Et rien de mieux comme test de caractère qu’un derby face au Toronto Fc qui semble tomber très à point...