clock menu more-arrow no yes

Filed under:

De la parole aux actes...Comment?

Le discours de l’entraîneur pour l’affrontement contre le Révolution sera intéressant, mais la réponse des joueurs le sera encore plus...

CD Olimpia v Montreal Impact: Quarterfinals - Leg 1 - 2020 CONCACAF Champions League
Thierry Henry semble avoir une mainmise intéressante sur son vestiaire, lui donnant plus de latitude au niveau de ses décisions et, surtout, ses paroles.
Photo by Minas Panagiotakis/Getty Images

Il est impossible de rester indifférent lorsque, à quelques minutes d’un match, le groupe encercle le coach pour écouter son discours. Souvent exempt de consignes tactiques, ce moment a une sorte de magie, presque méditative, où il est possible d’être en contrôle de ses pensées et de son corps à 100% avant de s’adonner à la folie d’un quatre-vingt dix minutes de grande intensité. La section médias de l’Impact de Montréal a pris bien soin, dans les dernières semaines, de partager certains discours de Thierry Henry, particulièrement ceux qui précèdent les parties. Le regard vif de l’entraîneur agencé avec ses paroles posées, réfléchies et directives semblent réellement captiver l’attention des joueurs. De la plus verte recrue aux vétérans, tous cherchent le regard de leur patron, comme s’ils souhaitaient impliquer tous leurs sens dans l’absorption des mots inspirants. Certes, l’ancienne gloire d’Arsenal semble avoir une capacité impressionnante à communiquer les bonnes choses à son équipe ainsi qu’à doser les émotions qu’il harmonise à ses paroles, mais concrètement, sur le terrain, comment les joueurs peuvent-ils continuer sur la lancée positive créée par l’entraîneur?

MLS: Vancouver Whitecaps FC at Montreal Impact
L’implication physique et l’envie seront sans doute en haut de la liste de priorités de Thierry Henry à l’aube de l’affrontement face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre.
Eric Bolte-USA TODAY Sports

Un cas de figure pour trouver une piste de solution serait l’affrontement du 20 novembre prochain, face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre. L’Impact jouera évidemment sans Samuel Piette, suspendu et à moins d’un dénouement franchement improbable, sans Victor Wanyama, en quarantaine de ses déplacements au Kenya et aux Comores. Il est évident que le milieu du terrain de l’Impact de Montréal sera grandement handicapé par l’absence des deux réguliers. Bien sûr, Thierry Henry cherchera à ajuster tactiquement son équipe pour permettre d’insérer des réservistes avec des profils différents des joueurs manquants. Toutefois, l’envie et la fraîcheur de ces joueurs n’est absolument pas à négliger, le onze ayant tellement peu changé au cours des dernières semaines. Sachant cela, les remplaçants assignés aux postes de Wanyama et Piette auront la responsabilité de connaître leur rôle plus que jamais, mais également de jouer à l’intérieur de leurs limites. Par exemple, il est impensable de demander à Emmanuel Maciel de jouer très bas, dos au jeu en protection de balle à l’instar de Victor Wanyama quand l’IMFC possède le ballon profondément dans sa zone. L’Argentin a cependant la capacité intéressante de se glisser entre les lignes avec son corps déjà positionné vers l’avant pour décocher une passe en profondeur précise. En connaissant des moments forts sur des jeux que l’athlète reconnaît être capable d’exécuter crée de la confiance, transposant cette même confiance au reste de l’équipe. Le plus grand danger qui guette l’Impact dans ce département est le zèle d’un joueur moins rodé qui casse le rythme et la confiance fragile au sein de l’effectif.

Montreal Impact v DC United
Samuel Piette quitte le terrain après une expulsion méritée face au DC United. Qui remplacera le milieu de terrain québécois au Gillette Stadium?
Photo by Scott Taetsch/Getty Images

Dans le même ordre d’idée, l’Impact gagnera à carburer au sentiment d’outsider. L’idée serait donc de transformer la déception d’avoir perdu des membres importants du onze ainsi que le regret de la fiche perdante en saison régulière en énergie revancharde. Pour la Nouvelle-Angleterre, il est presque impossible que psychologiquement, la fiche gagnante face à l’Impact ainsi que la joie de ne pas affronter le milieu de terrain habituel n’affecte pas le vestiaire. Il est évident que Bruce Arena adressera la situation avec son club et insistera sur le fait de ne pas prendre l’Impact à la légère. Un tel discours n’est-il pas prophète de malheur dans bien des cas? L’entraîneur américain a déjà affirmé s’attendre à un Impact défensif et organisé. Pour le onze montréalais, chaque minute doit constituer une victoire dans la mesure où le score n’est pas négatif et l’énergie positive se transformera en replis défensifs vigoureux, en duels aériens victorieux, en tirs bloqués, qui, forceront le doute dans la tête des joueurs du Révolution au fur et à mesure que le cadran avance. Il va sans dire que les Revs voudront piler sur l’animal blessé, mais si l’Impact ne voit cette blessure de manière que très superficielle, les perspectives pourraient venir hanter l’équipe de la Nouvelle-Angleterre, qui n’aura plausiblement pas l’instinct du tueur pendant 90 minutes.

Au cours de ces mêmes 90 minutes, l’Impact aura à identifier les moments plus dangereux, où il a déjà pêché dans le passé. On entend à répétition que les phases de jeu dans les débuts et fin de mi-temps sont difficiles à gérer pour l’Impact. Si Bruce Arena n’affiche pas sur le tableau les statistiques de l’adversaire dans les quinze minutes précédant et suivant la pause, il prendra certainement un moment pour le verbaliser à ses hommes. Cela dit, Thierry Henry aura la possibilité de modifier ses demandes tactiques pour changer cette tendance douloureuse. Bien que le pilote français a des demandes précises au niveau de la relance, l’utilisation du jeu plus direct vers un pivot offensif pourrait voir l’Impact diminuer les possibilités de revirements dans les moments plus difficiles. Un positionnement d’avant-centre de, par exemple, Romell Quioto ou Mason Toye au moment de gérer ces moments pourrait s’avérer être un sorte de valve de surpression, permettant aux Montréalais de souffler et réduire les transitions par le milieu de terrain affaibli. Leur capacité à absorber le ballon sous pression et ouvrir le terrain pour les joueurs arrivant en deuxième vague pourrait être une alternative intéressante à la construction débutant par les arrières. Bien qu’il s’agisse ici seulement d’une possibilité de modifier les idées tactiques, ça prendra aussi une conscience collective de prudence dans les moments où le groupe s’affaiblit et s’expose physiquement, tactiquement et psychologiquement. Statistiquement, l’Impact a eu très peu de succès lorsqu’il a tenté de réparer des erreurs commises dans ces moments charnières, démontrant d’autant plus l’importance d’avoir une mainmise sur ces intervalles et de surtout ne pas les laisser au fruit du hasard.

MLS: Montreal Impact at Vancouver Whitecaps FC
La hargne de Romell Quioto sera un élément clé, comme elle l’a été toute la saison. Sa polyvalence pourrait aussi être bénéfique à des moments bien précis.
Anne-Marie Sorvin-USA TODAY Sports

Tout compte fait, Thierry Henry aura un grand mot à dire sur les succès de son club vendredi. Il doit évidemment ajuster son dispositif tactique ainsi que les idées derrière ses demandes, pour contrer la perte de ses deux amarres au milieu de terrain. L’entraîneur n’est pas dupe, il sait toutefois très bien que le sport s’étend à beaucoup plus que des X et des O sur un tableau. Le pilote montréalais aura donc à jouer de psychologie pour trouver les mots exacts pour modeler la pensée de ses hommes, qui, soyons francs, auront beaucoup à faire pour vaincre leur adversaire. C’est loin d’être la première fois qu’une équipe sportive se retrouve acculée au pied du mur et l’histoire a prouvé à plus d’une reprise que cette même équipe semble souvent être en mesure de puiser dans des ressources jusque là inconnues pour faire face à l’adversité. Et si une équipe semble être certifiée cette année dans la connaissance de l’adversité, il s’agit bel et bien du bleu-blanc et noir. Espérons qu’ils en auront tiré des leçons.