clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Ligue des Champions et Calendrier MLS, un Impact?

Suite aux succès de l'Impact en Ligue des Champions de la CONCACAF, et à ses performances un tantinet moins reluisantes en championnat, j'ai eu envie de m'intéresser aux performances passées des équipes qui ont eu à naviguer au travers de ces 2 compétitions qui se chevauchent. Bref, les clubs de la MLS savent-ils marcher et mâcher de la gomme en même temps?

Eric Bolte-USA TODAY Sports

J'ai remonté aux débuts de la Ligue des Champions dans son format actuel, qui remonte à l'édition 2008-2009. L'année du tristement célèbre " santoslagunage ".

En tenant compte que le championnat de la MLS débute arbitrairement fin-février/début mars, et que la phase finale de la LdC reprend vers les mêmes dates pour se terminer fin avril/début mai, je vais donc considérer les 5 premiers affrontement en MLS, ce qui couvre généralement la même période.

Cette petite étude recense 15 cas d'équipes de la MLS s'étant qualifiés pour la phase finale de la LdC:

  • Houston Dynamo (2009 et 2013)
  • Columbus Crew (2010 et 2011)
  • Real Salt Lake (2011)
  • LA Galaxy (2012, 2013 et 2014)
  • Seattle Sounders (2012 et 2013)
  • Toronto FC (2012)
  • San Jose Earthquakes (2014)
  • Sporting Kansas City (2014)
  • Impact de Montréal (2015)
  • DC United (2015)

De ce lot, plusieurs de ces équipes n'ont tout simplement pas franchi le tour des quarts de finale, je vais donc les exclure, parce que, pour eux, l'impact des match de LdC a dû être moindre, car bref.  (NDLR: l'année 2014, qui a vu les 3 clubs MLS qualifié se faire sortir prématurément en quarts par des équipes mexicaines, a particulièrement été catastrophique) Considérons donc les cas suivant:

Real Salt Lake (2011)

Bien que leur ronde quart de finale se soit déroulé en sol américain, contre le Crew, le RSL est allé battre les costaricains de Saprissa, avec le match retour à San José. Ils sont les seuls de la MLS à avoir atteint la finale, laquelle fut perdue contre, hé oui, des mexicains, de Monterrey ceux-là.  Le match retour de cette finale était pourtant au pays des mormons, ce qui aurait dû constituer un avantage.

Malgré cet excellent parcours continental, on est en droit de s'attendre à ce que leur fiche en championnat souffre.  Mais au contraire! ils ont maintenu un impressionnant 4-1-0 pour 12 points.  Constatons ici un impact nul entre les 2 compétitions.

Toronto FC (2012)

Meilleure équipe canadienne en CONCACAF, avant d'être rejoint pour Montréal en cette année sous le signe du " Cameron ", le TFC a battu le LA Galaxy en quart de finale, pour ensuite se faire " santoslaguner ", 6-2, au Mexique, après un 1-1 prometteur à l'aller.

Toronto étant Toronto, ils ont été d'une constance exemplaire en championnat en maintenant un TFC-esque 0-5-0 pour ... 0 points.  C'est difficile de discerner un effet " LdC " dans le début de saison du TFC, sachant qu'en 2012 ils ont débuté l'année avec 9 défaites consécutives.

Seattle Sounders (2013)

Enfin, une équipe de la MLS qui élimine un titan mexicain en quart de finale et passe à la ronde suivante.  La suite est connue, Santos Laguna fait encore mal à notre ligue en éliminant Seattle, de peu cette fois: 1-1 à Torreón reste un excellent résultat.

En championnat, les Sounders ont inscrit un décevant 2 points après 5 matchs avec une fiche de 0-3-2.  Ici les 2 rondes jouées l'ont été au Mexique.

Los Angeles Galaxy (2013)

Herediano fut la victime des galacticos version MLS en quart de finale, avec un respectable 0-0 à l'aller dans la fournaise rouge-et-jaune costaricaine.  Monterrey, futur gagnant de l'édition 2013 de la compétition, furent toutefois leur bourreau.

Le toujours plein de ressources LA Galaxy, a maintenu une respectable fiche de .500 de 2-1-2 pour 8 points en début de championnat.  Et ce, malgré 2 déplacements dans des environnements plus exotiques, voir hostiles.

----

Que penser donc du début d'année 2015 en MLS de l'Impact de Montréal? Il n'y a pas vraiment de constantes.  Beaucoup de facteurs entrent en ligne de compte.  On pense tout de suite au calendrier MLS et l'occurence des matchs extérieurs versus des adversaires encore en rodage, au sérieux accordé à la Ligue des Champions et au niveau de préparation qu'on est prêt à accorder à celle-ci.  On voit aussi que de jouer un quart de finale contre un adversaire de la MLS peut constituer un avantage, la préparation ne devenant, à peu de choses près, qu'une extension du camp d'entrainement.

L'impact de Montréal, qui a maintenant une fiche de 0-1-2 pour 2 points, malgré un focus évident vers la Ligue des Champions, malgré un début de calendrier MLS à l'extérieur, et malgré de vilaines blessures sur des terrains MLS, me laisse percevoir une gestion de la préparation plutôt positive.

Sachant que les 2 prochains matchs en championnat auront lieu à Houston et à Montréal contre Chicago, croyez-vous que le bleu-blanc-noir saura maintenir une fiche de .500 en ce début 2015? ... Tout en nous faisant rêver comme jamais, de gloire continentale?