clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Harry Porter

New, 3 comments

Un match historique qui, à quelques secondes près, aurait pu être catastrophique, mais surgit Mallace et Porter. Depuis, l'Impact et ses partisans sont aux paradis et l'on parle de l'Impact partout en Amérique du Nord.

"Voldemort, viens me chercher."
"Voldemort, viens me chercher."
Eric Bolte-USA TODAY Sports

Evan Bush (8): Peut-être pas l'arrêt le plus beau, mais certainement l'arrêt le plus important de sa carrière. Habitué à des arrêts superbes, mais dans une cause perdante, il peut enfin savourer une victoire où il est l'un des grands artisans de celle-ci. W Bush.

Donny Toia (7): Peu sollicité en première mi-temps, à du s'écrier Damm en voyant le jeune prodige rentré à la mi-temps. Très important de par son placement tactique et une relance juste qui à permis à Duka de bénéficier de bons ballons pour mener quelques contres.

Laurent Ciman (6): Tant d'années à se plaindre de cette foutue asphalte, on la enfin notre nouvelle matière permettant de boucher d'énormes trous, du Ciman. Un patron, dirige sa défense, encourage ses coéquipiers, très important dans les airs, les dieux du soccer ne pouvaient le laisser comme coupable d'une défaite sur une faute (très) légère dans la surface.

Bakary Soumare (6): Plus discret que son comparse Belge, même si plus nerveux proche de la surface, Bakary amène une présence physique immense et son sens du placement est très bon. D'ailleurs, celui dont les lèvres nous font penser à Kery James, fait passer Nahuelpan pour un mec gentil, Thug Life.

Víctor Cabrera (5): Très occupé avec la fusée Lozano, il se fait prendre dans le dos à la 15e minute, mais le mexicain rate son face à face. Dois remercier les Mexicains de ne pas avoir été plus opportunistes. Dur de ne pas jouer à son poste, mais encore en dessous.

Nigel Reo-Coker (3): Présence physique intéressante... Mais c'est tout et c'est trop peu. Énormément de fautes suite à ses propres pertes de balles. Des mauvaises relances, des mauvais choix, bref, un match à oublier et une question qui resurgit; Bernier est-il vraiment moins bon que lui? I'm not in love with Reo-Coker?

Marco Donadel (5): Malgré sa longue barbe et chevelure, Marco n'a pas marché sur l'eau. On le sent en difficulté lorsqu'il doit courir après le ballon. Malgré un bon placement et une hargne intéressante, il ne peut tenir plus de 50 minutes intenses, hâte de le voir lors de phases de possession, là où il devrait beaucoup plus se mettre en valeur.

Dilly Duka (6): Aidé par Toia, il a pu bénéficier de bons ballons qu'il a su exploiter. Par contre, il n'a pu se montrer aussi dangereux que lors du match aller ni être aussi opportuniste. À sa défense, il était beaucoup mieux surveillé.

Ignacio Piatti (5): Le plus beau soliste de l'Impact, par contre, on aurait aimé qu'il en soit l'orchestre. Comme lors du match aller, Nacho à montrer des gestes splendides où l'on a l'impression que le temps ralentit, mais il choisit de jouer trop souvent individuellement.

Justin Mapp (5): À l'instar de Donadel, l'ailier américain brille moins dans ce dispositif tactique. Habile balle au pied, Mapp est un faux lent quand l'Impact avait besoin d'un Speedy Gonzalez. Il ne doit pas être omniprésent sur la Heat Map(p) mais un positionnement défensif plus intelligent qu'il ne parait.

Dominic Oduro (3): Un travail ingrat, seul contre quatre, mais il n'a pu être aussi flamboyant que sa nouvelle coupe de cheveux. Lorsqu'il doit faire parler sa vitesse, l'attaquant s'est contenté de temporiser. Des appels dans le vide, de mauvais choix, des contrôles ratés et aucun danger pour le Conejo Perez. Il va devoir faire mieux pour rester titulaire.

Frank Klopas (1 avant la 93e, 10 après): L'entraineur grec doit être masochiste, il aime subir en espérant, qu'au final, il gagne. Encore une fois, des changements tardifs, mais ô combien importants. Porter marque, sur une passe de Mallace. Et que dire de sa sortie, ovationné par la foule, et cette coupe de cheveux ... 50 shades of gray.

Entrés en cours de jeu:

Calum Mallace (10): Remplace Donadel à la 65e minute.Sa faible participation et son ton si pale l'on transformer en Gasper, et puis, cette passe lumineuse Pirloesque pour Porter, une passe légendaire. Parce que si Frodon a finalement détruit l'anneau, c'est surtout grâce à Sam Gamegie.

Jack McInerney (6): Entré pour Oduro à la 78e, JackMac voulait frapper du mexicain et il ne s'est pas gêné. Très remuant, il à réussis à placer une belle tête, mais sur le gardien. En quelques minutes, il a déjà montré beaucoup plus que Oduro bien que le contexte n'était pas le même.

Cameron Porter (10): Prends la place de Reo-Coker à la 85e. Deuxième entrée en jeu, premier but et déjà dans l'histoire. Un précoce. La passe de Mallace est phénoménale, mais que dire de son contrôle, sa protection de balle et de son pointu. Car c'est lorsque tout semble perdu que les grands se lèvent, Cameron Porter se transforma en héros. Un but pour l'histoire, un but pour l'éternité.