clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Revolution de la Nouvelle-Angleterre 2 - Impact de Montreal 1: Nouveaux visages, même résultat

Nouveau déplacement, nouvelle défaite, un artiste américano-vietnamien, quelques regrets et des jeunots imposants.

Un artiste aux souliers roses
Un artiste aux souliers roses
Bob DeChiara-USA TODAY Sports

L'Impact disputait son 28e match de la saison en MLS à l'extérieur, plus précisément au Gillette Stadium pour y affronter le Revolution de la Nouvelle-Angleterre, 3e au classement de l'Est. Pour ce soir, c'était donc la révolution du nouvel Impact, Klopas garde son si bien-aimé 4-2-3-1 mais avec de nombreux changements.

Troy Perkins, brassard au bras, a garder les cages avec le quatuor défensif composé de Król; Lefèvre; Danso et le jeune Miller à droite. Nouveauté au milieu, la première titularisation d'un pur produit de l'Académie, Jérémy Gagnon-Laparé associé à Callum Mallace. Le secteur offensif garde deux habitués, Dilly Duka et Andrés Romero. Jackson, prendra l'aile droite pour sa première présence avec les titulaires. Jack McInerney, porté disparu, refait surface en pointe en espérant revenir dans les bonnes grâces de l'entraineur.

Du coté de la Nouvelle-Angleterre, un 4-1-4-1 pas loin de l'équipe-type de la saison:

Shuttleworth; Barnes, Goncalves (c), Soares, Farrell; Jones; Rowe, Nguyen, Kobayashi, Bunbury; Davies.

Le Revolution démarre la partie en trombe. Nous sommes seulement à la troisième minute de jeu que Jermaine Jones envoie un missile vers Perkins qui repousse comme il peut, les hostilités sont lancées. L'Impact répond par la bouche de ses canons, sur un contre, Romero décale sur la gauche Duka en bonne position de tir mais préfère le crochet et est ensuite gêné par Ferrell. L'Américain réclame une faute mais l'arbitre ne bronche pas.

Une longue ouverture de Danso, suivi d'un léger accrochage entre Jack Mac et Farrell permet à Mallace, tout seul au point de penalty, de marquer le premier but du match! L'Impact était attendu avec des fusils aux Gilette Stadium et pourtant c'est bien l'Écossais le premier à faire parler la poudre.

Les locaux se réveillent, Nguyen commence sa partition tandis que Jones, toujours bien placé, brise tous les contres montréalais. Sur un centre venu de la gauche, Lefèvre dégage de la tête directement sur Jackson qui, en bon attaquant, tente de contrôler le ballon ; problème, il est milieu ce soir.

Rowe anticipe son geste, lui chipe la balle et décoche un missile que Perkins ne peut que bloquer partiellement. 1-1, balle au centre.

Les joueurs de la Nouvelle-Angleterre sentent l'odeur du sang et montrent leur instinct de tueur, Nguyen provoque dans l'axe, trouve Jones d'une talonnade inspirée qui, d'une louche déviée par Davies (re)trouve Nguyen dans la surface, le soliste démontre son talent en couchant Perkins suivis d'un lob subtil par dessus Lefèvre qui ne peut qu'admirer. Sur l'action, Lefèvre et Miller ne se sont pas entendus dans la surface, une autre erreur de concentration payée cash. Tout ça, en deux minutes. Une autre avance qui s'envole vite, trop vite.

La deuxième mi-temps reprend mais sans Jermaine Jones qui laisse sa place à Caldwell. Le nouveau venu récupère une mauvaise passe dans l'axe, attire la défense avant de servir Davies seul qui ne peut concrétiser. Chance raté = but de l'autre côté? Presque, à un poteau près Miller rate la balle d'égalisation. L'Impact joue très bas, trop bas même pour une équipe qui est menée.

Cela permet aux locaux de gérer le match tranquillement en gardant la possession du ballon (en moyenne 60% durant le match). Le manque de créativité est criant, Klopas fait alors rentrer Issey Najajima-Farran pour un Romero fatigué. Król, lui, ne sait pas ce qu'il fait et prend son deuxième carton jaune, direction les douches pour le défenseur polonais(62').

C'est peu de temps après que Nguyen reprend sa baguette et continue son récital en éliminant deux joueurs d'un contrôle sublime suivis d'un crochet pour effacer le pauvre Perkins, esseulé à nouveau, mais Miller sauve l'honneur en dégageant le ballon sur la ligne.

Réduit à dix, l'Impact est non seulement moins dangereux mais aussi plus vulnérable. À la 70e minute, Bunbury trouve Davies, encore lui, qui contrôle dans la surface, pivote et envoie une frappe sèche repoussée d'une main ferme par Perkins.

L'Impact ne répond plus.

La fin du match ne nous réservera pas de surprises mais la rentrée de Louis Beland-Goyette est à noter, ses débuts en pro. Des erreurs de concentration ternissent encore une fois la prestation collective et ne semblent pas près d'être réglées.