clock menu more-arrow no yes

Filed under:

L'Impact de Montréal: Une saison à la Toronto FC ou à la Red Bulls de New York

La saison de l'Impact n'est pas encore terminée et deux scénarios sont toujours possibles.

Tom Szczerbowski-USA TODAY Sports

Après pratiquement le tiers de la saison de joué, l’Impact occupe le dernier rang de la conférence de l’est avec 7 points acquis en 11 rencontres. Le Onze Montréalais a le pire différentiel pour ce qui est du " goal difference " avec une somme de -13.

Curieusement, ce n’est pas du côté des buts encaissés que le "Bleu Blanc Noir" en arrache le plus. En fait, nous sommes bons derniers avec seulement 9 buts marqués en 11 parties. Frank Klopas avait annoncé, en début de saison, vouloir faire de l’Impact une équipe plus défensive. Il a certainement réussi son objectif, car l’équipe ne marque tout simplement plus cette année.

L’an passé, le club montréalais marquait en moyenne 1.47 buts par rencontre, alors que cette année, on part plutôt d’une production de 0.81 but en moyenne. Est-ce la conséquence de la "Di Vaio dépendance"? Il est clair qu’avec 6 parties de jouées et seulement 8 tirs au but cette saison, Marco Di Vaio n’a pas fait la différence dans cette offensive comme il a su le faire l’an dernier.

Peut-être qu’il s’agit du système de jeu employé par Frank Klopas qui ne convient pas à cette formation montréalaise. Je crois que d’y aller vieux jeu en optant pour une formation classique 4-4-2 ou 4-3-3 ferait en sorte de provoquer plus de chance de marquer dans les derniers mètres.

Pour l’instant, l’entraineur-chef de l’Impact s’entête à jouer avec un seul attaquant et une défensive ultra poreuse. Je sais que l’effectif de l’Impact n’est pas la meilleur de la ligue, mais l’entraineur du "Bleu Blanc Noir" se doit de rapidement identifier ses forces et faiblesses pour remonter la pente, car cette saison va de plus en plus ressembler à une saison typique du Toronto FC.

Comme nos voisins ontariens, le club montréalais a déjà subi plusieurs changements d’entraineurs et des changements à la direction quant aux objectifs sportifs du club. Pour ne pas commettre le même genre d’erreur, on devra vite se ressaisir et décider si nous bâtissons pour l’avenir en donnant des minutes de jeux aux jeunes joueurs pour la prochaine saison ou nous nous fixons des objectifs à court terme.

Le premier objectif qui est somme toute réaliste serait de conserver notre titre de champion canadien qui pourrait être acquis dans moins de 7 jours. Ceci aura assurément un effet positif sur la confiance du club qui en a grandement besoin.

Suite à la conclusion du championnat canadien, on pourra semble-t-il compter sur le retour de Nelson Rivas et d’Adrian Lopez en charnière centrale. Ceux-ci, espérons le, nous donnerons des performances solides qui permettrons à l’Impact de prendre des points face à des équipes qui seront prive d’éléments importants présents à la coupe du monde.

Joueurs de la MLS quittant vers la coupe du monde: http://www.mlssoccer.com/worldcup/2014/news/article/2014/05/15/complete-list-31-mls-players-named-to-world-cup-rosters

Deux scénarios sont possibles quant au dénouement de la saison de L’Impact. Le premier serait de réussir à remonter la pente qui s’apparente de plus en plus à la montée de l’Everest. À titre d’exemple, prenons la dernière saison des Red Bulls de New York gagnant du Supporters Sheild remis à la meilleure équipe de la MLS. Cette équipe, après 11 matchs ,n’affichait même pas un dossier supérieur à 0.500 de pourcentage de victoire et a finalement terminé la saison avec 59 points soit un total de 42 points obtenus après avoir disputé le 11e match et tout cela avec le même groupe de joueurs.

L’Impact aurait sensiblement le même genre de parcours à faire pour obtenir un nombre de points avoisinant les 48 points. Ceci représente le nombre de points donnant accès  à la dernière place pour accéder au série dans la conférence de l’Est, lors des 3 dernières saisons. Il s’agit d’un dossier d’environ 12 victoires, 6 défaites et 5 matchs nuls, ce qui est pleinement est réalisable.

Dsdadasds_medium

L’autre scénario possible est celui où l’Impact continuerait sur une pente descendante et finirait la saison en perdant contre tous ses rivaux de conférences en obtenant un dossier d’environ 6 victoires soit le plus grand nombre de victoires acquis par le Toronto Fc durant les 3 dernières saisons.

Pour ma part, j’ai toujours espoir et je supporterais mon club jusqu'au bout et j’accepterais la défaite à une condition. Celle qui fera  en sorte que les architectes de cette saison désastreuse ne soient plus en poste pour éviter un échec continu comme il s’est produit avec le Toronto FC.