clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Marco Di Vaio est le meilleur : 9 raisons pourquoi

Pas une, pas deux mais 9 raisons pourquoi Marco Di Vaio est le meilleur

Jean-Yves Ahern-USA TODAY Sports

J'en conviens dès le départ ; non, je ne battrai aucun record d'originalité avec le sujet de cet article. D'un autre côté, je suis convaincu que vous apprécierez l'attention que j'ai voulu avoir pour vous de ne pas dire un traître mot à propos du dernier 0-0 à Chicago, n'est-ce pas?

Neuf raisons pour lesquelles Marco a été le meilleur joueur de l'Impact de Montréal depuis son entrée en MLS.

1- Le niveau, tout simplement!

Plusieurs diront - et j'en suis - qu'Alessandro Nesta aura été à ce jour le "plus grand" joueur ayant porté le maillot de l'Impact en termes de curriculum vitae de joueur. Par contre, si nous parlons du niveau de jeu déployé au moment où les joueurs ont effectivement évolué pour le club, je serais d'avis que Di Vaio aura été simplement le plus dominant de tous en comparaison de la compétition. Il se retire au premier rang du club en MLS à la fois pour les buts et les buts gagnants.

2- Les chiffres VS le contexte

Di Vaio, c'est, en saison régulière de MLS seulement, 31 buts en 62 rencontres, pour un ratio bien rond d'un but tous les deux matches. À titre de comparatif, le légendaire Thierry Henry a maintenu, toujours en saison régulière, un ratio de ,425 but par partie pour un total de 51 buts en 120 rencontres. Si on considère que Di Vaio a eu à assumer les responsabiltés d'être le premier (et seul pendant un moment) joueur désigné d'un club "d'expansion" avec le niveau et les incertitudes que cela comporte, ça fait encore plus rejaillir ces chiffres. Par-dessus le marché, il est à ce jour le seul et unique marqueur de 20 filets en une campagne chez le bleu-blanc-noir et ce, depuis 1993.

3- Facteur d'attractivité

Marco a eu un impact dans de nombreux domaines et nous ne pouvons négliger certains apports hors du terrain. En effet, c'est sa présence qui a grandement contribué à la venue éventuelle de ce cher Nesta, arrivée qui venait marquer une intention encore plus grande de la part du propriétaire de faire rapidement sa marque en Major League Soccer. Avec ces deux grands joueurs, on montrait qu'on était prêts à jouer dans la cour des grands. Par la suite, d'autres joueurs issus des liens tissés avec Bologne ont apporté des résultats plus mitigés, certes, mais auront donné un coup de main dans la conjoncture d'une équipe nouvellement arrivée en première division.

4- Suivez le leader

Une fois acclimatée à son nouvel environnement, Di Vaio n'aura plus jamais regardé derrière. Peut-être là l'explication à ses nombreux hors-jeu? Joey Saputo aura été on ne peut plus clair à ce sujet en disant que Marco aura pleinement rempli le rôle qui lui a été confié lorsqu'il a été signé comme tout premier joueur désigné. Sa seule présence a donné à ses coéquipiers et à ses partisans la conviction qu'il était possible de l'emporter à peu près chaque soir. Il a grandement contribué à l'éclosion et à la prise de confiance de Justin Mapp, devenu plus tard un élément presque aussi essentiel que Di Vaio à l'attaque montréalaise. Il a longtemps fait de belles étincelles avec notre capitaine Patrice Bernier lors de la saison dernière, la plus belle du club lors des trois dernières. C'est plus récemment avec Andres Romero et depuis peu Ignacio Piatti qu'il laisse encore allègrement parler son talent. Les plus grands joueurs rendent les autres autour encore meilleurs, c'est ainsi...

5- Son mépris pour les lois de la physique

À de très nombreuses reprises ai-je émis des sons que je ne pourrais reproduire en un autre contexte quand Marco nous sortait des touches de balle semblant venir d'une autre dimension à l'entrée sinon directement dans les 18 mètres! On parle de talonnades, de petits ponts pour lui-même, de 360 degrés en un temps trois mouvements. Magnifique.

Marco Di Vaio


6- Les sublimes "Di Vaiés" / #Divaye

On aurait presque pu en faire une marque déposée à un certain moment la saison dernière. Ce fameux but quand Marco s'enfonçait vers les 8-10 mètres avant de remonter près des 18 au premier poteau et loger la balle tout doucement au second d'un intérieur parfaitement calibré. Le voyez-vous? Sentez-vous la poésie?

Un coucou à Soccer Sans Frontières pour avoir créé le concept #Divaye

7- La soif de vaincre

Oh oui! C'est vrai, certains partisans appréciaient un peu moins ses petits regards fâchés ou déçus de ne pas avoir eu la passe ou même, parfois, ses remontrances à ses coéquipiers. Sans compter ses plaidoyers à l'arbitre ou encore sa suspension en séries contre le Dynamo. N'en demeure pas moins que lesdits coéquipiers ne semblent pas, pour leur part, tenir rigueur au buteur italien pour son tempérament bouillant. Je suppose qu'on comprend en le côtoyant que cela ne vient, au fond, que de son allergie à la défaite et à la médiocrité. Après, peut-être est-ce que mon amour pour un certain ancien joueur rasé maintenant entraîneur aussi reconnu pour son sang chaud me rend peu objectif sur ce point, qui sait...

8- Un nom facile à vendre

Je suis de ceux qui apprécient beaucoup le travail efficace et plus sobre des milieux défensifs ou des défenseurs dans le sport. N'empêche que ce qui crée le plus gros du spectacle, ce qui amène les gens au stade, qui fait vendre du maillot, ce sont les buteurs, les gros noms. À ce chapitre aussi, nous pouvons dire que Di Vaio mérite un A. En plus, il a travaillé fort pour donner de nombreuses entrevues dans des médias plus généralistes comme Tout le monde en parle ou dans des émissions de sport pas habituellement dédiés au soccer comme l'Antichambre. Dans tous ces cas, il a agi en tant qu'ambassadeur de qualité pour le sport du soccer au Québec et pour le produit de l'Impact.

9- Du rêve

Italien, toujours la grande classe, renard des surfaces, international ayant joué à la Vieille dame. Marco Di Vaio a tout simplement l'étoffe d'un grand joueur: performant, facile à aimer, capable de faire rêver. Non mais sérieusement, si on se met en groupe, combien de championnats des buteurs de MLS avons-nous gagné avec lui à FIFA?

Merci pour les beaux moments et bonne retraite, Marco.

Grazie mille!