clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Joueur de l'année 2014: Andrés Romero

Cette chronique a pour but avoué de lancer les hostilités quant aux honneurs de fin de saison. Malgré une saison de l'Impact catastrophique, nous, les 127 Montréal, voudrions désigner Andrés Romero comme notre joueur de l'année 2014.

Le pauvre garçon a eu une saison atroce l'an dernier, et les supporteurs lui ont bien rendu, étant un abonné récurrent aux #TropDePoutine de Soccer Sans Frontières. Il ne l'a pas eu facile: l'adaptation à la ville, à la ligue, et la naissance de ses jumeaux ont semblé le tourmenter, son jeu et sa concentration en ont souffert. Comme s'il avait voulu mettre lui même la cerise sur le sundae, pour clore 2013, qui ne se souvient pas de ce moment d'égarement où on l'a vu botter le derrière de Sarkodie à Houston, lors de notre seul match de playoffs.

Cette année, fort d'une tape dans le dos de la part de feu NDS-Le-directeur-Sportif, le feu follet argentin a décidé de tout donner. On lui reprochait sa nonchalance, et d'abandonner son flanc gauche sans fournir d'efforts défensifs. On rageait contre son manque de réussite, et son individualisme. Sans avoir tout corrigé, force est d'admettre que son énergie et sa fougue ont cloué le bec à plusieurs. Son implication, et son empressement à revenir aider en défense nous a mis sur le cul, et ce, dès les premiers matchs au stade olympique.

Il a aussi marqué. Au moment d'écrire ces lignes il a enfourné 6 brioches en championnat MLS, en plus de marquer le premier but du match au Salvador contre le CD FAS. Mettant à profit ses appréciables habiletés techniques, les buts qu'il a mis étaient souvent de beaux buts, dans des situations souvent difficiles de surcroit, où l'équipe souffrait.

On a dit de lui qu'il est plutôt à l'écart dans le vestiaire, qu'il est discret et isolé. Pour un gars de cette trempe, il a trouvé le meilleur moyen de s'intégrer: faire parler ses pieds, et donner l'exemple. Rappelez-vous ce but extraordinaire au Colorado, pendant qu'on se prenait une valise, et que tout le monde pliait bagage. Il s'est tenu droit sur le mur pendant que les boulets fusaient de toutes parts. Ce gars c'est pas un leader à proprement parler, mais un sacré bon soldat.

Sa jeunesse, et son engagement, font de lui un candidat de premier ordre pour un contrat en bonne et due forme avec l'Impact (rappelons qu'il est présentement en prêt du Tombense Futebol Club, au Brésil). Je ne sais pas comment il se sent par rapport au club, s'il y croit ou s'il a d'autres visées, mais il a agit cette année comme quelqu'un qui saigne bleu-blanc-noir. On en attend pas moins de chaque joueur qui enfile le maillot fleurdelysé. C'est ce qu'on appelle porter le blason fièrement.

Pour sa détermination, sa constance, et son énergie, Andrés Romero est notre joueur de l'année 2014.

Ce choix est aussi le vôtre? ou pas? Dites le nous dans les commentaires ci-bas, sur Twitter, Facebook, ou sur notre forum.

----

Invitation: joignez les 127 Montréal!

L'Impact de Montréal a lancé sa campagne de renouvellement des abonnements de saison.  Je m'en voudrais de ne pas vous inviter chaleureusement à joindre notre section, afin d'ajouter votre passion à la nôtre.

Hormis notre présence en tribunes, nous sommes un groupe festif, et organisons des tailgates avant les matchs, beau temps, mauvais temps. L'amitié, la bonne bouffe, quelques pintes, et la passion pour notre club de foot, est ce qui nous unis.  Tous sont les bienvenus.

Comment faire? rien de plus simple: contactez-nous via nos canaux sociaux, ou écrivez au membership@127montreal.com, nous vous mettrons en contact avec notre représentant des ventes auprès du club.

La section 127 est bleu ciel, et coûte 419$.