clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Se Fier au Passé Pour Mieux Avancer

Rémi Garde a utilisé une vieille page de son livre de jeu.

MLS: Canadian Championship-York 9 at Montreal Impact FC
Rémi Garde semblait tendu à quelques minutes du match retour contre York9 au Stade Saputo.
Eric Bolte-USA TODAY Sports

Pour toutes les personnes qui, comme moi, ont appris à jouer au soccer au Québec au début des années 2000, le système de base semblait toujours tourner autour du 4-4-2, pour le meilleur et pour le pire. Un bond dans le temps nous ammène le 24 juillet 2019, à quelques heures du match retour des quarts de finale du Championnat Canadien contre York9, aux entrevues d’avant-match.

Pour les joueurs Montréalais, le mot d’ordre lancé par l’Impact semblait bel et bien de retourner à la base afin de retrouver leur confiance et leur execution. Bien que le retour à la base soit une expression utilisée à toutes les sauces, Rémi Garde l’a utilisée au pied de la lettre dans l’utilisation de ses joueurs pour un match crucial.

L’entraineur-chef de l’Impact a aligné pour une rare fois depuis son arrivée à Montréal un système 4-4-2 lorsque l’Impact était en possession du ballon. On a vu l’Impact jouer un style un peu à l’Anglaise où on cherchait souvent à passer par les ailes et où les défenseurs latéraux s’offraient en dédoublement.

Saphir Taïder a touché beaucoup moins au ballon qu’à l’habitude dans la construction, ce qui lui a permis d’utiliser son sens du jeu aiguisé pour se positionner dans les poches d’espaces oubliées entre les milieux et les défenseurs de York9. Son positionnement astucieux lui a donc permis de prendre plusieurs tirs de qualité en plus d’avoir une grande influence sur le jeu de possession de l’Impact.

Taïder, qui a eu une rencontre de 40 minutes seul avec Rémi Garde à la suite d’une pratique cette semaine, semblait vraiment avoir la liberté de bouger comme il le voulait sur le terrain alors que Ken Krolicki semblait heureux de couvrir son collègue Algérien.

Du côté des ailes, Mathieu Choinière et Clément Bayiha avaient la responsabilité de créer des espaces par des courses. Par exemple, on a vu Daniel Lovitz avoir énormément de terrain en zone adverse en possession, cet espace étant créé souvent par les bons mouvements de Choinière. Le jeune milieu de l’Impact a causé beaucoup d’hésitation dans le camp adverse en bougeant rapidement entre les joueurs en couverture, déstabilisant le marquage adverse et obligeant l’équipe Ontarienne à réorganiser leur couverture défensive. Le jeu penchant à gauche durant le match, Bayiha a eu moins l’occasion de se faire valoir de son côté, mais il a tout de même impressionné par sa fougue et son implication physique.

MLS: Canadian Championship-York 9 at Montreal Impact FC
Nacho Piatti et Saphir Taïder ont démontré leur supériorité contre l’équipe de la CPL.
Eric Bolte-USA TODAY Sports

Le piège qui guettait l’Impact était de concéder un but sur la contre-attaque face à une équipe qui semblait prête à s’asseoir très bas sur le terrain et attendre les erreurs des Montréalais.

Pour contrer cette possibilité, le 4-4-2 déssiné par Rémi Garde se transformait en 4-2-3-1 lors de la perte du ballon. Libre dans ses mouvements en attaque, Taïder se devait de descendre près des défenseurs avec Krolicki, alors que Piatti descendait au milieu (au centre du 3). En ayant deux rideaux de milieux de terrain, York9 a eu beaucoup de difficulté à positionner des joueurs entre les lignes de IMFC, ce qui aurait été beaucoup plus facile face à un 4-4-2.

Le fait de positionner Piatti au centre du terrain en poursuite du ballon assurait que l’Argentin était toujours impliqué dans le jeu et était déjà décroché en option de passe si un autre joueur que lui récupérait le ballon. Lorsque Piatti a quitté le match après 65 minutes, l’Impact s’est positionné pour de bon en 4-2-3-1 autant en attaque d’en défense. Les Montréalais se sont assis beaucoup plus bas en défense et se sont contentés de contre-attaquer avec la vitesse que le substitut Orji Okwonkwo offrait sur l’aile droite.

MLS: Canadian Championship-York 9 at Montreal Impact FC
Maxi Urruti s’est créé quelques bonnes chances mais n’a pas été en mesure de capitaliser.
Eric Bolte-USA TODAY Sports

Tactiquement l’Impact a fait un fort match bien que la réalisation sur le terrain laissait parfois à désirer. Il y a encore énormément d’aspects à retravailler dans le jeu d’ensemble des hommes de Rémi Garde, mais il est rassurant pour le Français de savoir que la préparation tactique de l’Impact ne semble pas être un problème récemment. Qui a dit que le 4-4-2 était mort depuis longtemps?