clock menu more-arrow no yes

Filed under:

L'hiver porte conseil : première partie

Bienvenue à ma premiere chronique sur Mount Royal Soccer. Quoi de mieux que de parler de la saison 2014 de l'Impact de Montreal qui arrive à grands pas.

Jim Rogash

Tout comme moi, vous avez certainement passé par toute la gamme des émotions l'année dernière en suivant la deuxième saison de l'Impact en Major League Soccer. Au départ, ce fut la surprise, prit ensuite place la jubilation avant de prendre la pente descendante et de passer par l'incompréhension, la déception, la colère peut-être.

La peine si vous êtes un "vrai de vrai".

Suivant le moment culminant de cette descente aux enfers, véritable microcosme de la saison 2013 en lui-même, la défaite en barrages contre le Houston Dynamo , les partisans étaient à fleur de peau sur les réseaux sociaux.

Plusieurs semaines plus tard, force est d'admettre que le bleu-blanc-noir n'a volé la vedette à qui que ce soit côté annonces d'envergure durant l'entresaison (encore moins au Toronto FC dirons certains). Cependant, le temps a fait qu'il est possible de voir les performances du club, autant d'un point de vue individuel que collectif, avec un recul suffisant pour aviver un certain optimisme en vue de la prochaine campagne, et ce, malgré l'absence de nouveau renfort.

Pour mon premier article sur Mount Royal Soccer, je m'attarderai à l'aspect individuel en donnant (sans aucune prétention de procédé mathématique réel, bien entendu) une cote sur dix pour le niveau d'attentes que je crois que nous sommes en droit d'entretenir vis-à-vis ledit joueur pour 2014.

Aujourd'hui : les gardiens et les défenseurs.

Troy Perkins:
8/10

Il est vrai que Troy avait la chance de s'admirer dans les jeux de la semaine de la MLS bien moins souvent que son prédécesseur devant la cage montréalaise. Il s'en trouvera plusieurs pour vous l'expliquer en vous disant que le mec a un calme et une technique tels qu'il n'a simplement pas besoin d'aller sortir l'arrêt athlétique au tout dernier moment.

Sans jamais faire de vagues, Perkins s'est établi comme un vétéran très fiable en MLS à son poste. Son expérience et sa propension à communiquer avec ses coéquipiers font de lui une force tranquille et un élément rassurant autant pour le spectateur que les défenseurs.

Certains ont lancé la possibilité de s'en servir comme monnaie d'échange question de donner le premier poste à Evan Bush et le deuxième à Maxime Crépeau. Je n'en fais pas partie. J'aime les deux autres et je considère que nous sommes en bonnes mains devant le filet pour le moyen/long terme.

Par contre, en regardant le marché des gardiens des deux dernières saisons, je doute que le retour sur investissement vaille la peine de se priver de son rendement à peu près garanti.

Evan Bush:
7/10

Il a toujours inspiré confiance lors de ses rares sorties, a l'air d'un passionné et d'un travailleur acharné. Semble aussi très apprécié des autres joueurs. Personnellement, je garderais Perkins au moment où on se parle. Par contre, s'il venait à vraiment défaillir, je nous considérerais confortables avec lui comme premier portier.

Maxime Crépeau:
6,5/10

On aurait pu penser qu'on le verrait chez les pros dès l'an dernier, mais ce ne fut pas le cas. Les épisodes Brad Stuver et de l'équipe nationale canadienne ont probablement aussi modifié les plans initiaux.

Sa progression paraît constante et il est certain que bien que ce ne soit pas une priorité, de voir des jeunes joueurs d'ici comme lui, Tissot et Ouimette s'établir éventuellement comme joueurs réguliers pourrait revêtir un intérêt particulier côté mise en marché pour le club.

Matteo Ferrari:
8,5/10

Nous avons trop souvent l'an dernier jugé Ferrari selon son nom et son c.v. sans trop prendre en considération le contexte et les nombreux facteurs pas très facilitants avec lesquels il a eu à se débrouiller.

On lui demandait presque des miracles sous des conditions difficiles en 2013:

  • L'impossibilité de grimper le jeu par les ailes pendant la quasi-totalité de l'année
  • La pression accrue des adversaires sur le milieu central qui amenait souvent des passes en désespoir de cause dans des situations inconfortables
  • Le fait que son partenaire principal Nesta a été surtaxé

Tous ces facteurs ont vu sa performance en souffrir mais ne lavent pas Ferrari de tout blâme. Ca permet de mettre en perspective ces quelques matches où ou on a particulièrement gueulé sur son compte. Je suis plus qu'heureux de pouvoir à nouveau compter sur lui.

Hassoun Camara:
7/10

Si Camara est capable du meilleur comme du pire, il a réussi à livrer plus fréquemment son meilleur la saison dernière. Sa polyvalence a permis de toujours avoir de l'expérience et certaines garanties à l'arrière malgré les blessures et les difficultés diverses.

Ses montées à l'emporte-pièce nous faisaient parfois un peu frémir,mais plus souvent qu'autrement, cette capacité à dicter du rythme offensif a réussi à compenser pour la faiblesse des ailes. Au fond, juste assez pour faire les séries. Aves ses trois unités l'année dernière, il est nettement devant le reste de la défense à ce chapitre.


Jeb Brovsky:
7.5/10

J'ai apprécié Brovsky depuis le jour 1 de l'aventure MLS. Sur le terrain, le gars a la hargne, il fournit constamment le second sinon le troisième effort, ne rechigne jamais pour prêter main forte à un partenaire.

Défenseur droit au départ, il joue à gauche depuis plusieurs mois maintenant. Même si quelques partisans jugent qu'à cause de son moins bon pied gauche, il est limité dans ses options dans son propre corridor, tout porte à croire qu'il y demeurera en 2014.

Après tout, le gars est intelligent et sait jouer dans les limites de ses capacités.

Nelson Rivas:
Si en santé. 8,5/10

Franchement, il est vrai que ça n'aura pas été un retour triomphal. Pour sa défense, je n'ai pas été de ceux qui ont le plus décrié Marco Schallibaum, mais je n'ai toujours pas compris la décision. D'un côté, c'était risqué que le joueur soit beaucoup trop rouillé, nerveux ou un heureux mélange des deux pour performer.

De l'autre, pour le reste de la brigade défensive, surtout les jeunes, ça me semblait envoyer un message de non-confiance on ne peut plus clair.

Ne me comprenez pas mal, j'adore le joueur qu'est (ou que peut être) Nelson Rivas:

  • Sa présence physique intimidante
  • Sa rapidité à prendre des décisions dans sa zone
  • Sa puissance hors-norme dans les batailles aériennes.

J'irais jusqu'à dire que si en santé, Rivas pourrait être le pilier et l'un des cinq meilleurs centraux du championnat en 2014.

Wandrille Lefevre:
7/10

Ses toutes premières apparitions auront été timides comme celles des autres académiciens. Il faut dire qu'il aura su saisir sa chance vers la mi-saison et qu'il n'a pas regardé derrière par la suite (c'est plutôt Schalli' qui a choisi de ne pas le regarder et lui faire signe au Texas en fin de saison).

J'ai aimé l'équilibre que j'ai vu dans son jeu ; il peut apporter offensivement, mais ne sacrifiera jamais sa fiabilité et la notion de bloc équipe pour essayer de briller individuellement. Je lui souhaite une progression constante en 2014.

Karl W. Ouimette:
6,5/10

Peut-être le plus dans l'ombre des trois jeunes arrières québécois, Karl W. Ouimette nous a montré une belle dose de talent brute jumelée à une éthique de travail qui semble irréprochable. Lors de ses quelques sorties l'an dernier, il a rarement vu les projecteurs se braquer sur lui (exception faite de son but, bien entendu).

Par contre, autant en centrale que sur le flanc droit, il a su tenir son bout et montrer qu'il pourrait bientôt obtenir plus qu'un rôle de figurant. Je ne miserais pas sur le fait que ça arrivera cette année, mais je miserais sur le fait que ça arrivera.


Maxime Tissot:
7/10

J'ai hésité entre le placer ici ou en milieu de terrain. Je me suis fié simplement à sa position naturelle et non forcément au poste auquel je l'ai préféré. Je dois admettre que le gars m'a impressionné par son calme, son aise en possession du ballon et par la confiance qu'il a en sa touche de balle, ses contrôles orientés, etc. face à des milieux et des défenseurs pros.

Il semble déjà s'être bâti des certitudes quant à ses capacités et disait en entrevue entretenir l'objectif de contribuer graduellement davantage à l'offensive. Sans s'imposer comme un incontournable immédiatement, 2014 devrait marquer l'ascension de plusieurs échelons pour lui.

Adrian Lopez:
7,5/10

On l'a très peu vu, bien trop peu. On a lu sur son compte sur Wikipédia et sur les forums de son ancien club, regarder des montages sur Youtube pour tenter de se faire une idée. Le gars a l'air solide. Il apparaît à la fois très fiable défensivement et disposer d'une première passe de qualité en plus d'être athlétique et mobile. Nous nous le souhaitons, à tout le moins!

À venir : les milieux de terrain et les attaquants.