clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Le casse-tête du mercato

L’excitation laisse place au pragmatisme pour Rémi Garde.

Stoke City v Rotherham United - Sky Bet Championship
Bojan Krkic, un joueur énigmatique qui, à 28 ans, n’a toujours pas atteint son plein potentiel.
Photo by Alan Hayward/MI News/NurPhoto via Getty Images

En conférence de presse pour l’annonce officielle de l’arrivée de Bojan Krkic, jeudi matin, Rémi Garde avait de la difficulté à cacher son excitation. En plus d’avoir ajouté l’Espagnol, l’Impact annonçait le retour de Ballou Tabla en prêt, ainsi que l’arrivée de Jorge Corrales, un défenseur de profondeur. Pour Garde, un heureux problème s’annonce, alors qu’il se retrouve à avoir l’effectif le plus profond depuis son arrivée à Montréal. Dans son système 4-4-2, chaque position sur le terrain est comblée par un substitut compétent pour la première fois depuis des lunes. Cela dit, quels ajustements l’entraîneur de l’Impact aura à faire pour améliorer les performances de son équipe en lien avec la profondeur nouvelle de son groupe?

Montreal Impact v Colorado Rapids
Rémi Garde a avoué avoir trouvé un système de jeu récemment où ses joueurs clés se sentent à l’aise.
Photo by Timothy Nwachukwu/Getty Images

L’utilisation d’un faux 9

Bojan Krkic, bien qu’il soit affiché comme un attaquant, a principalement évolué dans le rôle du “faux 9”, au cours de sa carrière. Ce joueur joue en décrochage entre les lignes adverses en plus de chercher à combiner avec ses milieux de terrains dans les phases offensives. L’utilité première du faux 9 était de déjouer le système 4-4-2 à plât en faisant marauder un attaquant entre les défenseurs et les milieux adverses pour créer de la confusion. Cela dit, la position s’est raffinée avec les années mais Bojan Krkic est le faux 9 typique des années récentes de par son mouvement et ses qualités de jeu. Dans cette optique, le 4-4-2 serait en pratique un 4-4-1-1, Bojan étant le “1” qui est le plus rapproché des 4 milieux de terrain.

En jouant avec un faux 9, l’attaquant de pointe doit faire des courses très directes pour faire reculer la défense adverse et libérer de l’espace pour son coéquipier. Pour l’Impact, ce profil s’approcherait plus de ce que propose Anthony Jackson-Hamel que Maxi Urruti ou Nacho Piatti. Toutefois, en assumant que l’utilisation très limitée du Québécois ne changera pas, Urruti devra peaufiner sa manière de jouer pour aider Bojan à se démarquer. En effet, l’Argentin devra abandonner beaucoup de travail défensif et se concentrer à occuper le dernier défenseur adverse la majorité du temps. En faisant cela, Bojan pourra travailler comme un électron libre en attaque. L’Espagnol aura le loisir de faire des courses en profondeur ou bien de décrocher très bas au milieu du terrain pour réorganiser le jeu.

Replacer Piatti à l’aile gauche

Bien de le capitaine de l’Impact ait été bon en attaque, l’arrivée de Bojan va permettre à l’Argentin de retourner à son poste de prédilection, l’aile gauche. En effet, même si Piatti est excentré sur la gauche, il pourra attaquer le centre du terrain à sa guise. Le faux 9, en décrochant, laisse de l’espace dans son dos que Piatti aura le loisir d’utiliser pour demander le ballon près du but adverse.

Aussi, en replaçant Piatti à l’aile, l’Impact s’assure d’avoir un joueur de qualité bas sur le terrain lors de la poursuite du ballon. Piatti, qui a la capacité de tenir le ballon et éliminer un joueur adverse, même près de son but. Cela a pour effet de permettre à ses coéquipiers de se placer en bonne position pour une contre-attaque rapide. Rapprocher Piatti de son but l’impliquerait beaucoup plus dans le jeu collectif que lorsqu’il se retrouve isolé en position d’attaquant.

Montreal Impact v Colorado Rapids
Nacho Piatti pourrait se voir replacé à l’aile gauche, sa position naturelle.
Photo by Timothy Nwachukwu/Getty Images

Modifier l’effectif, pas le système

Dans une fin de saison endiablée où l’Impact est en pleine course pour deux championnats, le repos se fait rare pour les hommes de Rémi Garde. En jouant un match à tous les 3 à 4 jours, la fraîcheur physique mais surtout psychologique des joueurs est mise à l’épreuve. Pour contre-balancer ce problème, une piste de solution serait de simplement s’accrocher au système de jeu actuel et ajuster finement nos tactiques pour l’adversaire. Cela voudrait dire que les joueurs resteraient tous sur la même page en plus d’intégrer les nouveaux plus rapidement.

À chaque joueur un profil différent, Rémi Garde pourra donc modifier son effectif par rapport aux qualités recherchées sur le terrain, toujours en gardant le même système de jeu. Par exemple, pour un match où on cherchera à garder la possession du ballon, on peut croire que les ailiers seraient Nacho Piatti et Ballou Tabla. Bacary Sagna serait l’option idéale à la position de latéral droit pour sa part.

À l’inverse, le jeu de contre-attaque verrait la vitesse d’Orji Okwonkwo et de Lassi Lappalainen sur les ailes alors que Piatti pourrait être utilisé en faux 9 dans ce cas d’exception. La fougue de Zachary Brault-Guillard pourrait remplacer la sagesse de Bacary Sagna lorsque l’idée serait de piéger l’adversaire à s’exposer défensivement et le surprendre en vitesse lors de la récupération du ballon.

Bref, utiliser les forces de chaque joueur en fonction de l’adversaire du moment.

MLS: New England Revolution at Montreal Impact
Ballou Tabla en 2017. À l’aise balle au pied et capable de battre un adversaire par des feintes. Un profil requis pour déstabiliser une défense qui concède la possession à l’Impact.
Eric Bolte-USA TODAY Sports

En conclusion, Rémi Garde aura la responsabilité de trouver les ajustements nécessaires pour relever le défi de la fin de saison. En ayant bougé durant le mercato, Kevin Gilmore et Joey Saputo ont mis dans les mains de l’entraîneur les éléments pour réussir. La balle est maintenant dans le camp du personnel technique et des joueurs pour s’assurer que la saison 2019 de l’Impact s’étire jusqu’à l’arrivée du temps froid sur la métropole.