clock menu more-arrow no yes

Filed under:

Hold-up Montréalais

Copier-coller du parcours de la Ligue des Champions, parce que bon, une formule gagnante, sa ne se change pas il parait. Une bonne première mi-temps où l'Impact ne se laisse pas marcher dessus, au contraire, elle tutoie son adversaire. Et puis vint cette fameuse deuxième mi-temps, où l'équipe s'écroule de nouveau. Enfin, dernier acte, but contre le cours du jeu et on ferme boutique. Allez, une défaite de 3-2, mais on est en finale.

Wandrille et la fève italienne.
Wandrille et la fève italienne.
Dan Hamilton-USA TODAY Sports

Eric Kronberg (5.5/10): Toujours dur de bien noter un gardien quand il en prend trois, mais sort aussi des arrêts importants, donc un énorme face à Jonathan Osorio à la 72e minute.

Maxim Tissot (5.5/10): Manque encore de solidité, mais sa hargne la comble. Par contre, plus à l'aise offensivement, en plus de son placement défensif un peu approximatif. Gros choc à la tête, sort pour être soigné et Toronto marque deux buts, la poisse.

Laurent Ciman (6/10): Le défenseur belge est régulier comme un métronome. Toujours une grosse présence, il n'a peur de personne, mais toujours ces jaillissements précoces qui coutent cher (voir le premier et le troisième but).

Wandrille Lefèvre (7/10): Maître-tacleur. À dégouté Giovinco tout le match jusqu'à que la Fourmi Atomique lui rentre ses crampons dans la jambe. Des tacles aussi classes que précieux pour Wandou qui remporte le concours de surnoms rigolos avec le petit italien haut la main.

Eric Miller (6/10): À quelques crochets de faire une Boateng, le jeune américain n'oubliera pas Giovinco de si tôt. Ni son superbe centre qui donne la qualification à l'Impact.

Callum Mallace (5/10): Le petit timide, qui d'un coup sort un contrôle poitrine et reprise volée sur le but de Cooper. Un potentiel gardé caché trop longtemps, il est temps de le dévoiler au grand jour! Il perd la bataille du milieu contre un Bradley en grande forme.

Patrice Bernier (c)(6/10): Le vétéran est de retour comme titulaire avec l'énergie d'un jeune ayant tout à prouver. Énormément d'envie, mais surtout de l'expérience et du calme qui semble parfois manquer à cette équipe. Un leader.

Dilly Duka (6.5/10): Match classique de sa part, il amène du mouvement avec et sans ballon qui dérange la défense adverse. Frappe le poteau, ensuite trop altruiste sur une belle occasion avec JackMac, mais s'éteint un peu après la pause. A-t-il besoin de repos?

Eric Alexander (6.5/10): On attend encore de voir l'international américain jouer au niveau de sa réputation. De plus, il occupe plusieurs rôles sur le terrain, un couteau suisse, mais qui doit faire parler plus son talent évident.

Dominic Oduro (7/10): Un vrai mélange d'ailier et attaquant. Des courses d'ailiers, un travail défensif correct, mais surtout une finition de vrai buteur. But de sa tête aux couleurs du club face à son ancienne équipe et ennemi juré, classe.

Kenny Cooper (6/10): L'attaquant que Klopas cherchait? Une grande tige pouvant jouer dos au but et récupérer ses longs ballons pour combiner ensuite. Il faudra attendre les prochains matchs pour se faire une idée. En espérant que sa blessure ne soit pas trop grave. 

Entrés en cours de jeu:

Jack McInerney (5/10): Entré à la 32e pour Cooper, blessé. Réussis tout de même à combiner, décrocher, mais on voit que ce n'est pas son rôle naturel. Il serait intéressant de l'associer à Kenny Cooper.

Andrés Romero (5/10): Entré à la 64e pour Duka. Une entrée intéressante, mais toujours cette manie d'en faire trop. Aurait pu tuer le match, à quelques reprises, mais ne l'a pas fait. Trop romantique?

Ignacio Piatti (5/10): Entré à la 68e pour Mallace. Il rentre au cours du jeu, mais n'a pas de réelle influence sur le match. Il manque aussi le dernier geste, un manque de confiance?